Solistes vocaux

Chantal SANTON JEFFERY - Soprano

“C’est d’abord la prestation de deux jeunes artistes, que nous suivons depuis leurs débuts et que nous souhaitons souligner : le ténor Reinoud Van Mechelen et la soprano Chantal Santon. Cette dernière est une reine des Amazones d’une grande noblesse qui vocalise avec légèreté et raffinement dans « Volez plaisir », ne perdant par ailleurs jamais cette énergie scénique virevoltante qui la caractérise”

Les Fêtes de l'Hymen de Rameau | Versailles
Classiquenews | Février 2014


"L'engagement d'Hervé Niquet à la tête du Concert spirituel, une distribution ad hoc dominée par le soprano de Chantal Santon ont redonné lustre et vie à ces Fêtes de l'Hymen et de l'Amour (...)." Marie-Aude Roux
Les Fêtes de l'Hymen de Rameau | Versailles
Le Monde | Février 2014

"les jeunes instrumentistes ne convainquent pas moins qu’un homogène quatuor vocal où l’on salue (...) la fraîcheur et la poésie de Chantal Santon (Sangaride).
Atys de Piccini | Sinfonia en Périgord
Concertclassic | Septembre 2013

"Surtout, (...) la distribution vocale s’avère éblouissante. Qui pourrait croire que Chantal Santon Jeffery n’est arrivée qu’une semaine auparavant ? Cette soprano au répertoire éclectique (bien connue des amateurs de musique baroque ou contemporaine, elle abordera la saison prochaine le rôle de Senta) interprète quatre personnages avec un aplomb renversant. (...) son aisance dans les notes les plus hautes ne le cède en rien à ce qu’ont pu faire en Zima les reines du suraigu ; même maîtrise confondante dans la virtuosité de « Papillon inconstant ». Infiniment touchante dans l’air « Hymen » de Phani, elle est aussi un Amour au caractère bien trempé, avec un timbre toujours charnu qui nous change agréablement des soubrettes parfois distribuées en Cupidon."
Les Indes Galantes avec La Simphonie du Marais
Forum Opéra, juillet 2013

"Des qualités non moins grandes parent Chantal Santon Jeffery : un timbre rond, des aigus éclatants, un joli talent de comédienne, (...) et un abattage certain. Rien ne laissait imaginer qu’elle remplaçait, presque au débotté, Valérie Gabail, souffrante. Les deux sopranos ont su faire de chacun de leurs airs des moments précieux."
Les Indes Galantes avec La Simphonie du Marais
Muse baroque | Juillet 13

"Six chanteurs (...) ont fait preuve de beaucoup de témérité et de personnalité, faisant de cette invitation aux voyages une grande réussite. Tous méritent d'être cités, avec pour qualité commune un grand soin apporté à la prononciation. Chantal Santon, possède une énergie virevoltante dans ses quatre rôles, l'Amour, Phani, Fatime et Zima. Sensuel et insolent, son timbre fruité, nous captive."
Les Indes Galantes avec La Simphonie du Marais
Monique Parmentier | Juillet 2013

"Toutefois, il y a plus fort. Invitée, encore plus récemment, à prendre la place de Valérie GABAIL, Chantal SANTON-JEFFERY (Amour, Phani, Fatime et Zima - ce qui n'est pas économe non plus) confirme l'excellent effet que certaine prestation récente a pu offrir d'elle. En apparence détendue, elle ajoute à sa capacité à voyager loin, une grande aisance technique (...), que rehaussent un timbre moiré et un bas de tessiture riche. Tous les grands "tubes" des Indes reposent sur ses épaules : (...) elle les mate tous d'autorité, en un sans-faute applaudi."
Les Indes Galantes avec La Simphonie du Marais
Appoggiature | Juillet 2013

"(...) la soprano Chantal Santon (Sangaride) domine nettement la petite distribution."
Atys de Piccini | Midsummer Festival à Hardelot
Médiapart (Jérémie Szpirglas) | Juillet 2013

"Le quatuor de chanteurs réuni pour cette tournée estivale n’appelait que des éloges, à commencer par (...) la Sangaride stylée et à la diction châtiée de Chantal Santon."
Atys de Piccini | Midsummer Festival à Hardelot
La Lettre du musicien | Juillet 2013

"Pour les seconds rôles, signalons (…) la fière Antiope, reine des Amazones, de Chantal Santon"
CD Renaud de Sacchini avec Christophe Rousset
Crescendo Magazine | Juin 2013

"Chantal Santon détaille avec esprit l'air d'Antiope…"
CD Renaud de Sacchini avec Christophe Rousset
Diapason | Juin 2013

"Deux autres rôles tenues par des voix féminines, moins importants sur le plan dramatique, sont très exigeants: Antiope, qui revient à l'excellente Chantal Santon…"
CD Renaud de Sacchini avec Christophe Rousset
Opéra Magazine | Juillet 2013


"Les chanteurs, pleinement engagés, font preuve d'une diction remarquable, rendant largement superflu le surtitrage (...). Enfin, Chantal Santon incarne une Lolo en permanence au bord de la rupture, passagère ivre d'un corps qu'elle rejette. La voix de la soprano française est assurée dans les aigus, lumineuse dans le medium."
Lolo Ferrari de Michel Fourgon | Opéra de Rouen
Opera Magazine | Avril 2013


"Bravo à Chantal Santon pour son investissement total dans le rôle-titre."
Lolo Ferrari de Michel Fourgon | Opéra de Rouen
Classica | Avril 2013

"...les chanteurs ne semblent aucunement destabilisés, à commencer par une Chantal Santon ébouriffante, d'un naturel confondant, expressive à souhait, capable de maîtriser une large palette d'émotions que la fin de l'opéra étend de l'explosion expressionniste à la rêverie diaphane. Un grand moment !"
Lolo Ferrari de Michel Fourgon | Opéra de Rouen
Crescendo Magazine | Mars 2013


"Le plateau n'attire que des éloges. Chantal Santon domine la scène de sa présence et on souhaiterait la voir et l'entendre plus souvent dans des rôles de premier plan." 
Lolo Ferrari de Michel Fourgon | Opéra de Rouen
Resmusica | Mars 2013

"La soprano Chantal Santon interprète le rôle de Fiordiligi, la moins volage des soeurs de Ferrare. Elle a une prestance indéniable et sa voix une épaisseur particulière, trait nécessaire pour toute (bonne) Fiordiligi vue l'étendue de la tessiture du personnage. Son air du 2e acte : "Per pieta..." est un moment d'une intensité époustouflante. Dans les duos, trios et ensembles, la jeune soprano est toujours ravissante, et ses capacités dynamiques avec sa soeur Dorabella, d'une parfaite harmonie."
Cosi fan tutte de Mozart | Saint-Quentin-en-Yvelines
Classiquenews | Mars 2013

"En Galeswinthe, Chantal Santon éblouit de même par ses lignes infinies, d'un souffle et d'une clarté straussienne"
CD Max D'Ollone avec Hervé Niquet | Glossa
Classiquesnews | Mars 2013


"Ensuite, officie un trio de dames superlatif; à l'instar de Chantal Santon, modèle de tenue, soprano à la plénitude vocale désormais épanouie, affrontant crânement une tessiture épouvantable."

CD Max D'Ollone avec Hervé Niquet | Glossa
Appoggiature | Mars 2013


"(...) L'ensemble de la distribution est toujours aussi remarquable, dominée par Chantal Santon Jeffery qui assume avec une éblouissante santé vocale toutes les facettes du rôle complexe de la gouvernante."

Le Tour d'Ecrou de Britten
 - Opéra de Massy

Forum opera | Février 2013

"Timbre frais, élocution claire, Chantal Santon est tout à fait dans son élément, et le personnage d'Isabelle a un profil psychologique un rien plus étoffé par rapport aux fantoches que convoque le livret."
CD La Vénitienne de Dauvergne | Ricercar
Forum opera | Novembre 2012


"sa diction parfaite, tant en anglais qu’en français, l’autorisait à exprimer les nuances des compositions. (…) la voix monta dans les aigus sans dorcer ni trouver de limite. (…) La réussite de cette représentation est due sans conteste à la qualité artistique du jeu des deux artistes et tout autant à leur complicité amicale. "
Airs de cour et songs de France et d'Angleterre, avec Violaine Cochard, clavecin
Festival de Musique ancienne d’Avignon
The Provence Herald | Octobre 2012

"les deux sopranos amoureuses sont idéales dans cette peinture sentimentale la plus délicate : Katia Velletaz, Chantal Santon déploient chacune leur timbre finament caractérisé et très sincère."
CD La Vénitienne de Dauvergne | Ricercar
Classiquenews | Septembre 2012

"les solistes (...) ont accordé une attention louable à la diction et à la prosodie, rendant le texte parfaitement intelligible, et permettant de se passer tant de livret que de surtitres. (...) sensuelle Sagaride de Chantal Santon. Cette dernière a campé une nymphe fière, tendre dans les aigus, vocalement très en verve, que ce soit dans des récitatifs accompagnés très théâtraux, dans les airs ou dans les ensembles."
Atys de Piccini avec le Cercle de l'Harmonie
Muse Baroque | Septembre 2012 

"La soprano Chantal Santon est dotée d’un timbre rond et agréablement fruité, d’un phrasé souple et fluide, et chante avec un mélange subtile de sobriété et d’expression (…), son sens de la ligne nous ravit. (…)
Rien n’est jamais appuyé ou excessif. (…) Chaque début de pièce a su captiver l’auditeur et la suite ne le lâchait pas. Les traits virtuoses ne mettent pas non plus Chantal Santon en difficulté, comme le montre avec éclat le feu d’artifice qu’est le motet « Non plangete » de Badalla. (…) Le tout avec naturel. "
Concert avec Amarilis | Printemps des Arts de Nantes
Muse Baroque | Juin 2012

"...en Adam et Eve, Mathias Vidal et Chantal Santon montrent une santé vocale éclatante, et une diction française irréprochable." 
Disque Le Paradis Perdu | Aparté
Classica | Avril 2012 

" On ne formulera, en revanche, que des éloges envers l’Ève de Chantal Santon, à la voix lumineuse et sensuelle, parvenant à traduire parfaitement chaque facette du caractère de son personnage, de l’innocence à la repentance, en passant par l’indécision et la séduction."
Disque Le Paradis Perdu | Aparté
Passée des Arts | Avril 2012

" Chantal Santon qui poursuit simultanément à sa coopération aux chantiers romantiques amorcés par le Palazzetto, de nombreuses échappées baroques, incarne avec conviction et naturel, l'évolution du personnage d'Eve, si central dans l'oeuvre diabolique: pureté originelle et tendresse extatique (...) puis jeune ambition influençable et si manipulable." (Lucas Irom)
Disque Le Paradis Perdu - Aparté
Classiquenews | Mars 2012

"Chantal Santon fait preuve de panache et d’énergie dans le rôle d’Isabelle (l’amante trompée qui triomphera de l’infidélité de son amant). Son très beau phrasé, son timbre sensuel, sont autant d’atouts qui crédibilisent le rôle"

La Vénitienne de Dauvergne - Opéra Royal de Versailles

Anaclase | Novembre 2011

"... un pertinent plateau vocal, duquel trois chanteurs se sont légèrement dégagés (...) : Chantal Santon, qui, remplaçant au dernier moment Bénédicte Tauran, a finement campé une grande amoureuse"

La Vénitienne de Dauvergne
 - Opéra Royal de Versailles

Resmusica | Novembre 2011

"Chantal Santon est une attachante Isabelle (on notera l'air magnifique, au premier acte, "Non! L'Amour ne veut pas que l'on goûte à la fois")"

La Vénitienne de Dauvergne
- Opéra Royal de Versailles

Concertonet | Novembre 2011

"Il faut alors tout le talent de Chantal Santon Jeffery pour apporter à l’œuvre sa part d’ambigüité. De la lumière qui baigne les premiers tableaux jusqu'au "malo" final chanté à pleine voix, on suit avec intérêt le chemin de croix de ce soprano intense à la sensualité révélée le temps d’une seule scène, quand la Gouvernante surgit dans la chambre de Miles en déshabillé blanc. Charnelle mais avec cette rigidité toute victorienne que parvient à traduire le chant, sans donner pour autant une impression de sécheresse." 
Le Tour d'Ecrou de Britten
 - Théâtre de l'Athénée

Forum opera | Octobre 2011



"Grande triomphatrice de la soirée, Chantal Santon-Jeffery étonne en Gouvernante par sa présence tour à tour maternante et solaire."


Le Tour d'Ecrou de Britten
 - Théâtre de l'Athénée

La lettre du Musicien | Octobre 2011



"La distribution vocale n'est pas en reste. Chantal Santon Jeffery est une Gouvernante au timbre frais, à la diction précise. Elle évoque parfaitement la trop jeune femme dépassée par ses responsabilités, libérant peu à peu son énergie jusqu'à vaincre le Mal absolu."


Le Tour d'Ecrou de Britten
 - Théâtre de l'Athénée

Opéra Magazine | Octobre 2011



"La distribution est quasi parfaite, de Chantal Santon Jeffrey en gouvernante fragile et perdue à Rachel Calloway, Mrs Grove bienveillante.
"

Le Tour d'Ecrou de Britten
 - Théâtre de l'Athénée

La croix | Octobre 2011



"Dans une vision, comme on l'a dit, univoque du personnage de la Gouvernante, Chantal Santon Jeffrey propose une interprétation remarquable sur le plan vocal et stylistique.
"

Le Tour d'Ecrou de Britten
 - Théâtre de l'Athénée

Resmusica | Octobre 2011




"Chantal Santon Jeffrey est une soprano française, mais son anglais comme son timbre sont limpides.
"


Le Tour d'Ecrou de Britten - 
Théâtre de l'Athénée

Webthea | Octobre 2011


« De France et d'Angleterre...Deux cultures, deux mondes musicaux, où jaillit cependant la voix réconciliatrice d'une diseuse exceptionnelle, tempérament et élocution juste du verbe : Chantal Santon.
(...) l'unité et la cohérence d'une voix rare, dont l'aiiance de la ciselure du mot et de la précision naturelle de la coloration selon les affects du texte, constituent toute l'éclatante valeur. Dans ce programme enchanteur, Chantal Santon déploie un dire captivant où elle parait à la fois dominatrice et victime des vertiges amoureux. 
(...) L'accord souverain de l'instrumentiste et de la cantatrice demeure préservé du début à la fin. Chantal Santon : retenez bien ce nom, c'est une diva en devenir dont la simplicité et la sincérité laissent présager de futurs accomplissements, désormais à suivre pas à pas. »


Airs de cour et songs de France et d'Angleterre (avec Violaine Cochard, clavecin) - 
Festival de Sablé
Classiquenews | Août 2011



« En l'église Saint-Jean-Baptiste de La Chapelle d'Aligné, c'est un récital d'une extrême sensibilité, offert par Violaine Cochard (clavecin) et Chantal Santon (soprano). Elles proposent des airs de cours français et anglais, jouant sur l'émotion du texte avec une fine musicalité doublée d'un sens du verbe d'une rare intelligence. (...) La complicité amicale des interprètes donne vie à ces instants de secrète confidence que nous aimons partager entre amis. »

Airs de cour et songs de France et d'Angleterre (avec Violaine Cochard, clavecin
) - Festival de Sablé

Anaclase | Août 2011




« Piquante, envoûtante, Chantal Santon possède un timbre mordoré et velouté, idéal pour ce répertoire. Sa voix souple enchante et son phrasé, en français comme en anglais, est délectable. Elle trouve le ton juste et maîtrise parfaitement cet art très paticulier du "beau chant". Son art de l'ornementation lui permet de varier l'intensité des émotions et son epression scénique est extrêment fine. »
Airs de cour et songs de France et d'Angleterre (avec Violaine Cochard, clavecin
) - Festival de Sablé

Anaclase | Août 2011




« Chez Dubois, la pertinence de la distribution requise apporte ses bénéfices : Chantal Santon, déjà remarquée pour sa Velléda de Dukas (création de la version pour orchestre, présentée par le Palazzetto (...), avril 2011), a toutes les grâces d'une fragile amoureuse : son Eve est d'une pureté idéale, proie désignée de Satan ; outre la clarté du timbre, et la fluidité de la ligne, la soprano sait articuler et nuancer son texte, préserve toujours la mesure et la finesse de son intonation : des qualités rares qui accréditent son personnage »
Le Paradis perdu de Théodore Dubois - Les Cris de Paris, dir. G. Jourdain

Festival Berlioz de la Côté Saint-André

Classiquenews | Août 2011




« Chantal Santon Jeffery y est formidable, le soprano plein et fier, brossant de son phrasé aux multiples nuances le portrait d'une pénitente inquiète et accablée.»

CD Sébastien de Brossart, La Rêveuse
Muse Baroque | 2011


« Superbe volupté fervente du Diabolus poenitentis animae cum deo, préablabement ciselé en son prélude instrumental (parfaite articulation vivante et si naturelle de la soprano Chantal Santon pour une incarnation toute en équilibre expressif pourtant traversée par l'inquiétude du pêcheur pénitent : un modèle du genre! »


La Rêveuse, dir. B. Perrot

Classiquenews | Juillet 2011




« L'admiration était palpable devant l'indéniable talent de ces deux artistes qui ont su mêler leurs arts dans une parfaite harmonie. (...)
Chantal Santon a su interpréter chaque pièce avec une précision et une justesse remarquables. »


Récital avec Emmanuel Olivier (piano) - Festival des Abbayes

Vosges Matin | Juillet 2011


« D'autant que la créatrice de ce rôle passionnant malgré son développement court, la jeune soprano Chantal Santon, remplaçant au pied levé, la chanteuse initiale, déploie un timbre somptueux et idéalement articulé pour l'incarnation d'une figure féminine qui a l'étoffe des grandes héroïnes tragiques du romantisme (...), la jeune diva, vraie révélation du festival,  sait soigner sa diction, colorer et varier son intonation, défendre entre mesure et nuance (y compris son vibrato, souvent systématique chez nombre de ses consoeurs), la justesse de son expressivité: quelle maîtrise! »

Velleda de Dukas, dir. FX Roth

Classiquenews | Avril 2011




« On peut dire que la troupe réunie par le Neo est brillante et prometteuse (...). Sans vouloir paraître chauvin, on avouera que nos compatriotes, les sopranos Chantal Santon et Dorothée Lorthiois, se sont fait remarquer par leur technique et leur verve. »

Opera Seria de Gassman, dir. R. Pichon

Opera Magazine | Septembre 201
0



« Avec, en figures de proue, l’imparable Stonatrilla de notre compatriote et soprano Chantal Santon (...) »
Opera Seria de Gassman, dir. R. Pichon
Concertclassic (Roger Tellart) | Juin 2010

« Et nous avons eu la chance extrême de nous trouver à quelques centimètres de l'arrivée de la grande diva Stonatrilla, un sosie de la non moins renommée Lady Gaga, accoutrement rose bonbon, bronzage UV, blondeur, lunettes Van Dutch et chewing-gum à l'appui. Ce fut l'extraordinaire Chantal Santon, aux mille nuances et à la voix parfaite de bout en bout, nous lui excuserons largement sa passion compulsive pour le Nutella, friandise de la détonante diva. »
Opera Seria de Gassman, dir. R. Pichon

Muse baroque (Pedro-Octavo Diaz) | Juin 2010


"Avec Chantal Santon, Elvira retrouve sa noblesse et sa grandeur jusque dans le désespoir, explosant littéralement dans un « Mi tradi » de toute beauté, dans lequel elle démontre le raffinement de ses nuances et l’ampleur d'une voix mordorée." 

Don Giovanni, dir. David Stern

Classiquenews (Nicolas Grienenberger) | Février 2010




"Pourtant, on est surpris par la justesse stylistique sans faille de la distribution ; d’autant qu’on entend, bon an mal an, Mozart régulièrement massacré dans ses fiefs aixois et salzbourgeois. En plus d’être homogène et bien caractérisé - de la basse Frédéric Bourreau en Commandeur à la Zerlina de Caroline Meng -, le casting révèle d’excellents acteurs et musiciens en Leoporello et Elvira, chantés par le baryton-basse Marc Labonnette et la soprano Chantal Santon."

Don Giovanni, dir. David Stern

Libération (Eric Dahan) | Février 2010




"David Stern part des voix dont il dispose afin de monter un ouvrage. Aussi les personnages sont-ils bien caractérises : un vrai baryton, un vrai baryton-basse, une vraie basse pour différencier Don Giovanni, Leporello et le Commandeur. Il en va de même chez les trois sopranes, si différentes de timbre et de tempérament, de la délicate Anna à une Elvira plus corsée, en passant par une malicieuse Zerlina au timbre fruité. La distribution, pleine de jeunesse, est homogène (...). Mais c’est Chantal Santon qui domine l’ensemble et brûle les planches en Elivra de haut vol, bouleversante dans « Mi tradì », avec un timbre vite reconnaissable, une bonne technique et une remarquable présence."

Don Giovanni, dir. David Stern

ResMusica.com (Nicolas Pierchon) | Février 2010




« Par rapport à la version concertante de Don Giovanni qui avait inauguré la troupe-atelier, la distribution a été en grande partie renouvelée. Elle n’en permet pas moins de mesurer les progrès réalisés par les chanteurs déjà présents en janvier 2008 (...); les planches ont libéré la Donna Elvira de Chantal Santon, qui surmonte remarquablement les écueils de la partition d’une voix souple et ample. »

Don Giovanni, dir. David Stern

Altamusica (Mehdi MAHDAVI) | Février 2010




« sopranos Chantal Santon-Jeffery and Ana Maria Labin were both excellent »

King Arthur, dir. Hervé Niquet

Opera News (S. Mudge) | Mars 2009



« Toutefois, le véritable tour de force demeure que rien de tout ceci n'entame la rigueur de la démarche musicale du Concert Spirituel ou la qualité des performances des chanteurs, tous excellents : Chantal Santon-Jeffery et Ana Maria Labin (sopranos) (…) »

King Arthur, dir. Hervé Niquet

Anaclase (Jérôme Szpirglas) | Mars 2009

 


"La concentration d’esprit demeure donc extrême, évitant la démesure (un des péchés pas si mignons de certains baroqueux trop enthousiastes, et qui de toute façon avec Charpentier se tromperaient de monde), d’une rare et constante justesse d’intonation. Cela vaut pour les instruments anciens, et pour les voix, notamment celles des solistes, qui respirent, sans nul étalage de technicité virtuose, d’une culture musicienne et textuelle, et de cette forme sublimée d’interprétation qui se nomme sérénité(…) grâces en soient rendues à Chantal Santon, Hanna Bayodi-Hirt, François Geslot, Romain Champion et Benoît Arnould…»
CD et Concerts La Missa Assumpta est, Le Concert Spirituel

Classiquenews (Dominique Dubreuil) | 2009

© C.H. Jeffery

LES CONCERTS PARISIENS | +33(0)1 48 24 16 97 | mentions légales | Réalisation