Projets spéciaux

LES IDEES HEUREUSES - Jean-Philippe Viret

Jean-Philippe Viret, contrebasse, compositions
Eric-Maria Couturier
, violoncelle
David Gaillard
, alto
Sébastien Surel
, violon

« Les idées heureuses » : il s'agit du titre d'une pièce de François Couperin, issue du premier livre de pièces de clavecin paru en 1713.

J'aime la musique de François Couperin. J'apprécie les titres de ses portraits musicaux. Je suis sensible à son humour et à la tendresse qui émane de ses propos. J'aurais aimé l'entendre improviser sur les orgues de Saint-Gervais, si loin et en même temps si proche.

Plus que jamais, à l'heure où la scène musicale se focalise sur la performance et la démonstration, je partage ce qu'il ressent lorsqu'il écrit : « J'avouerai de bonne foi que j'aime beaucoup mieux ce qui me touche que ce qui me surprend ».

Cela s'entend dans toute son œuvre ; une profondeur mélodique, source introspective, nous attire dans une rêverie sinueuse d'où émergent des sentiments du quotidien, à la fois simples, gais, drôles et nostalgiques. Debussy parle du « plus poète de nos clavecinistes, dont la tendre mélancolie semble l'adorable écho venu du fond mystérieux des paysages où s'attristent les personnages de Watteau ».

Je suis très réceptif à cette poésie musicale. Elle me touche d'autant plus que, quand on l'écoute avec une instrumentation déconnectée de l'époque baroque, cette œuvre me semble complètement intemporelle, me procurant le plaisir supplémentaire de ressentir les affinités qui voyagent dans le temps.

Après avoir enregistré en 2011 « Les barricades mystérieuses », il m'a semblé évident, pour le deuxième album de ce quatuor à cordes avec contrebasse, de poursuivre cette correspondance musicale. Comme source d'inspiration, j'ai choisi quatre pièces pour clavecin. Elles sonnent dans cette nouvelle forme comme un écho admiratif et affectueux doté d'une pointe d'insolence. En miroir, cinq compositions personnelles reflètent les corrélations ressenties avec l’œuvre de cet immense artiste.

« Les idées heureuses » défend l'idée que je me fais de la musique ; mariage de toutes les cordes, des plus graves aux plus aiguës, mariage de l'écriture et de l'improvisation, contrôle de l'instrumentiste et lâcher prise de l'artiste, poursuite de cette quête musicale avec les mêmes compagnons. Pour toutes ces raisons, c'est aussi le titre de cet album.

Jean-Philippe Viret

LES CONCERTS PARISIENS | +33(0)1 48 24 16 97 | mentions légales | Réalisation